Marie-Sylvie Lucel

Artiste

Allons-y franco ! Je n’ai fait aucune école de dessin. Non rien de rien ! Comme dirait quelqu’un ! Quelques cours de modèles vivants à Toulouse vers mes 25 ans, parsemés sur à peine une année. Idem pour des cours de couleur avec la Mairie de Paris lorsque je m’y suis installée provisoirement. 
Ma trajectoire professionnelle n’a absolument rien à voir avec l’art. Après une formation de secrétaire sténodactylo, je me suis retrouvée employée chez un syndic de faillite à Toulouse pour une bonne dizaine d’années. J’ai quitté cet interminable et lugubre créneau pour partir aux États-Unis et perfectionner mon anglais. C’est là-bas que j’ai reçu un grand coup de pied au derrière (probablement de la part d’un ange déguisé en évangélisateur méthodiste), pour aller voir ce qui se passait du côté du Bon Dieu, et réaliser qu’il y en avait un ! Bref, la « galette a été retournée », ce qui m’a amenée à chercher un lieu où je pourrais déployer ma générosité, un peu comme Zachée ! J’ai choisi d’aider à l’Arche de Jean Vanier et là, j’ai pratiqué l’assistanat auprès de personnes handicapées.

Ensuite seize ans au sein d’une communauté nouvelle du Renouveau charismatique où j’ai appris à aimer la vie communautaire et la Parole de Dieu. Là, un autre ange (peut-être le même !) m’en a flanqué un autre (de coup de pied) et m’a rappelé que j’avais une autre passion et vocation : le dessin. C’était un vieux talent confié par le Bon Dieu et qu’il ne fallait pas l’enterrer – allez voir la parabole des talents (ça motive !). J’ai donc décidé de m’y mettre une bonne fois pour toutes et finalement pourquoi pas ? de conjuguer le dessin avec l’évangélisation. Comment naît-on avec un bon coup de patte ? je le dois en grande partie à mon grand-père maternel Maurice Tranchant, qui était au top du top niveau dessin et sculpture (quoi que le pater l’était pas mal non plus dans le genre). Si vous allez visiter les églises de la région toulousaine, beaucoup de statues de Saintes Germaine et Thérèse de Lisieux sont moulées de ses mains.